Les étudiants en médecine qui ont réalisé leur internat au Havre nous donnent toujours des éclairages intéressants en mettant le focus sur des situations particulières de notre territoire; Nous vous partageons ici la thèse de Charlène MARTIN

Introduction : la population migrante est en croissance en France, ainsi que dans la ville du Havre. Les patients migrants, du fait de leur parcours migratoire ; peuvent présenter un syndrome de stress post-traumatique. D’autre part, la douleur chronique difficile à prendre en charge, varie avec l’état anxieux du patient. Le médecin généraliste étant le centre de la prise en charge du patient, il est intéressant de rechercher et d’évaluer les difficultés auxquelles il fait face dans la prise en charge de ces patients.

Matériel et méthode : entretiens qualitatifs semi-dirigés réalisés auprès de dix médecins généralistes de la ville du Havre ayant une patientèle de patient migrant douloureux chronique.

Résultats : les principales difficultés évoquées sont celles inhérentes au patient migrant ; à l’état de stress post-traumatique et au lien entre douleur chronique et état anxieux ; ainsi que les difficultés regroupant les trois critères.

Discussion : outre la difficulté de la consultation centrée sur la douleur chronique, il existe également des contraintes pour poser le diagnostic de l’état de stress post-traumatique, auxquelles s’ajoutent les particularités de la consultation du patient migrant. Les structures existantes ne sont pas assez relayées ; les médecins généralistes présentent un manque de connaissance ou un manque de temps, ainsi qu’une difficulté de communication avec ces patients migrants. Cependant le sentiment de solitude est marqué avec un besoin important de relais.

Conclusion : il serait intéressant de renforcer la transmission d’information, de créer des actions locales pour les patients migrants et des formations pour les médecins généralistes.

Accéder à la thèse intégrale

image_pdfimage_print