Une plus grande précision en minimisant la toxicité

Le centre de radiothérapie du Havre se modernise et se met à niveau en mettant en place les dernières techniques innovantes de radiothérapie. .Le centre  installe un troisième appareil de traitement, ce qui permettra une mise en route plus précoce des traitements. La décision de s’équiper d’un appareil de traitement supplémentaire a été prise en 2020. Cet appareil est au top de ce qui se fait. Il va permettre par différentes technologies d’améliorer l’efficacité mais aussi la sécurité du patient. Les noms de Rapid Plan, hyperarc, FFF… ne disent évidemment rien comme cela. Il s’agit d’une partie des équipements désormais installés sur les appareils de radiothérapie du centre Guillaume le Conquérant. Ils visent globalement à une plus grande précision, une plus grande sécurité pour le patient. Désormais, si besoin, une lésion de quelques millimètres peut être traitée en minimisant la toxicité alentour.  De plus, le scanner intégré permet de vérifier chaque jour, au millimètre près, l’exactitude de la position du patient mais aussi l’exactitude de la position des organes internes.

Mise en place de La stéréotaxie

Ce projet de troisième appareil a été l’occasion de mettre en place la technique de stéréotaxie, technique qui permet de délivrer la radiothérapie  dite ablative, délivrant une dose tumoricide, en quelques séances. Cela a été l’occasion également de revoir tout notre système informatique pour travailler très bientôt sans papier. La simulation, étape de préparation du traitement, a également été mise à niveau par l’installation d’un scanner dédié à la radiothérapie dont l’une des fonctions innovante est qu’il détecte les organes sains , rein, aorte, poumon, maxillaire etc..  et les mets en évidence en dessinant leurs contours pour que ceux-ci puissent être évités par le traitement.

Renforcement des équipes

Mais il n’y a pas eu que du développement matériel. Nous avons renforcé l’équipe de physique avec l’arrivée en février d’un 4ème physicien qui se joint aux trois déjà présents et aux deux dosimétristes, qui forment l’équipe désormais étoffée, chargée de la planification de la physique des traitements. Aussi, l’arrivée d’un quatrième radiothérapeute, formé à Baclesse, rompu aux nouvelles technologies, est un atout majeur pour le développement de la radiothérapie au Havre.

La modernisation n’est pas terminée. L’environnement, l’accueil, le parcours du patient sont repensés pour donner à nos patients se qui se fait de mieux aujourd’hui. Joséphine notre première patiente sur le nouvel appareil le sait.

 » Je ne suis pas qu’un numéro « 

Joséphine est allongée sur la table de radiothérapie. Les manipulatrices s’affairent autour d’elle dans un ballet feutré qui semble mille fois répété et connu par cœur. Elles sont gentilles et douces, la lumière est tamisée,  le plafond est un ciel bleu lumineux. Joséphine se laisse aller à leur parler tout bas « me voilà, nue devant vous, j ai peur, je n’ai pas envie de mourir, je m’en remets à vous, et faites attention à ce corps, ou ce qu’il en reste, je ne l’ai pas souvent aimé mais c’est tout ce que j’ai de plus précieux. Ne partez pas encore, restez, dites moi que vous pouvez encore me sauver. » Les écrans descendent du plafond et affichent les coordonnées, les 4 caméras bougent pour vérifier les positions. Joséphine respire à présent calmement, cet univers informatique lui fait un peu peur mais finalement la rassure. Une manipulatrice est aux commandes pendant que l’autre lui parle, Joséphine, nous faisons attention à toi. Nous te regardons. Josephine pense : je ne suis pas qu’un numéro, je suis une vie et mon rêve c’est de voir mes petits-enfants grandir. Tout est installé à présent dans la salle de traitement. Joséphine est maintenue par les contentions qui sont venues se mouler sur son corps et qui assurent qu’elle est dans la bonne position et qu’elle ne bougera pas. L’appareil de traitement est venu se placer à un mètre d’elle, visant la tumeur. Les manipulatrices sortent de la salle de traitement d’un petit mot rassurant. Joséphine sait qu’elle reste en communication par les micros et les caméras. Les manipulatrices reviennent à leurs pupitres de commande. Une vérification instantanée par quelques coupes de scanner montrent que Joséphine est bien en place et que l’appareil de traitement est au bon endroit. Elles vont lancer le traitement. Oui Joséphine, nous allons prendre soin de ton corps. La précision des appareils à présent permet de préserver au maximum les organes sains. Alors oui Joséphine, tu ne sais pas tout cela mais peu importe nous faisons au mieux pour toi.

Nous avons d’autres projets

Le troisième appareil de traitement, qu’on appelle en radiothérapie un « accélérateur » vient d’obtenir son autorisation de traite. Les nouvelles techniques vont progressivement se mettre en place et nous allons dans les mois qui viennent étendre nos indications. La première étape est la mise en place de la stéréotaxie des métastases intracrâniennes, puis nous élargirons aux métastases osseuses. Ensuite viendra la radiothérapie dite « gating » qui permet d’adapter le traitement aux mouvements respiratoires dans le but d’épargner le tissu pulmonaire sain. Et nous avons d’autres projets.  Mais pour revenir au présent, l’important pour les patients havrais est la mise en place de la stéréotaxie. Vous devrez attendre le prochain article pour que notre nouveau jeune radiothérapeute vous présente cette technique. Patience…

Dr Laurent Martin, oncologue radiothérapeute

image_pdfimage_print