C’est la belle histoire de professionnels à votre service…  Il était une fois un travailleur social de l’hôpital qui avait besoin d’un relai efficace pour les situations fragiles repérées par les professionnels du SAMU et du 116/117. Mais c’est aussi l’histoire d’une PTA qui avait besoin d’une passerelle avec l’hôpital.

Vous voulez savoir la suite ?

Julie Banse :

« Depuis mars 2020, j’interviens en qualité de référente sociale au sein du SAMU. Je suis assistante sociale de formation, j’ai exercé pendant 17 ans dans différents services de l’hôpital Monod.

Antérieurement, le SAMU du Havre avait un membre de son équipe, Patrick Saus, qui était le référent de situations fragiles. A son départ à la retraite, le Samu a décidé d’intégrer dans son équipe une assistante sociale, initiative innovante sur le territoire havrais.

C’était une évidence pour moi après tant d’années à organiser des sorties d’hospitalisations.

Les professionnels des régulations (15 et 116 117) et les équipes de SMUR me signalent donc les situations fragiles, quel que soit la problématique : violences conjugales, protection de l’enfance, vulnérabilité, chutes à répétition, isolement social…

Le but est de trouver un relais adapté, et d’assurer aux personnes un accompagnement.

Après avoir eu un contact avec les personnes et/ou leur entourage, je dois trouver le service le plus adapté à la situation.

Je suis également à la disposition des professionnels de ville qui souhaitent avoir des compléments d’informations sur des interventions ou qui veulent signaler à la régulation médicale des situations fragiles qui risquent de se dégrader médicalement.

Le lien avec votre PTA allez-vous me dire ?

La PTA, votre dispositif des accompagnements des personnes en situations complexes est l’un des maillons de cette chaîne.

Le lien ville/hôpital s’est ainsi développé, permettant à la PTA d’avoir un professionnel de référence sur le GHH, et permettant à la référente sociale d’avoir un service d’accompagnement individualisé en ville.

Vous ne voyez toujours pas le lien ? 2 Exemples pour vous

C’est l’histoire de Mr G, ,37 ans, DID qui déclenche 4 interventions SMUR en quelques jours pour des hypoglycémies. Mr G ne semble pas comprendre la maladie et ses traitements. La référente sociale est alertée par la régulation. N’ayant pas de médecin traitant de référence, Julie Banse réalise une demande de prise en charge par la PTA. Cette dernière va coordonner le parcours médical de Mr G afin de l’amener à une meilleure gestion de son diabète.

C’était il y a 8 mois, MR G a bénéficié d’ateliers thérapeutiques avec Planeth Patient et est autonome dans son parcours de santé.

C’est l’histoire de Mme M, 33 ans, célibataire, sans emploi, mère d’un enfant de 14 mois et isolée socialement. Pendant le 1er confinement, elle contacte plusieurs dizaines de fois chaque jour le 15 pour des douleurs thoraciques, des gênes respiratoires, mais qui ne trouveront pas d’origine physique. Une grande souffrance psychique est retrouvée et les équipes du SMUR ne peuvent répondre à ces demandes incessantes.

Mme M étant dans l’incapacité de gérer son parcours de soins, et devant l’inquiétude grandissante des équipes pour cette maman et son fils, Julie Banse décide de contacter la PTA pour savoir si elle peut accompagner cette patiente.

Après une analyse de la situation, plusieurs points sont à travailler avec Mme. Le parcours de soins pour sa fragilité psychologique mais aussi son parcours social pour rompre l’isolement et les difficultés qui en découlent.

La PTA permettra à Mme M de démarrer un accompagnement avec un psychologue.

La PMI (protection maternelle et infantile) sera mobilisée afin d’apporter un soutien dans l’accompagnement à l’éducation. Mme M pourra intégrer des groupes afin d’échanger avec d’autres mamans ainsi que des professionnels de la petite enfance.

Ce travail de collaboration, permet aux professionnels de travailler ensemble pour donner l’occasion à une population souvent éloignée du soin, une prise en charge adaptée et efficace.

Julie BANSE, assistante Sociale Samu, et Claire PONTY, coordinatrice PTA Océane

image_pdfimage_print