L’infection à HPV et l’histoire naturelle du CCU (Cancer du Col de l’Utérus)

Les papillomavirus humains(HPV) sont des virus à ADN de petit taille, très résistants, qui infectent les épithéliums cutanés et les muqueuses.

Environ 40 types d’HPV infectent les épithéliums muqueux. Aujourd’hui,12 HPV sont considérés comme des cancérigènes avérés et parmi ceux-là, les HPV 16 et 18 sont les plus fréquents

L’infection à HPV est l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente dans le monde et se transmet par contact cutanéomuqueux.

Le risque d’infection à HPV-HR augmente fortement avec l’âge moyen du premier rapport sexuel et il diminue ensuite avec l’âge. si l’infection persiste, elle peut causer le CCU.  Dans la majorité des cas, ces infections sont asymptomatiques et deviennent rapidement indétectables dans les tissus. Environ 90 % des infections ne sont plus détectables après 2 ans. Le CCU se développe selon une série d’étapes nécessaires qui se produisent à des âges particuliers : infection par un HPV à haut risque, persistance de l’infection, lésions précancéreuses, cancer invasif. Le CCU se caractérise par son évolution lente et l’existence de lésions précancéreuses curables.

Les tests disponibles : Examen cytologique et test HPV
  • L’examen cytologique (frottis)  – Il consiste en une analyse morphologique des cellules du col de l’utérus pour détecter précocement la présence de cellules anormales. Cet examen dont l’interprétation est subjective et variable selon les observateurs, présente une sensibilité pour la détection des lésions précancéreuses comprises entre 51 et 53% et une spécificité comprise entre 96 et 98%
  • Le test HPV – C’est une méthode de détection moléculaire qui permet la détection des acides nucléiques des génotypes HPV à Haut Risque. Ce test HPV présente une meilleure sensibilité pour la détection des lésions précancéreuses mais une spécificité moindre. Il est plus efficace en terme de réduction de l’incidence des lésions précancéreuses et des cancers invasifs chez les femmes de plus de 30 ans. Il offre une durée de protection plus longue contre les lésions précancéreuses et le cancer invasif après un test négatif. Il est réalisable par auto prélèvement.

L’HAS a émis en juillet 2019 de nouvelles recommandations pour le dépistage du cancer du col de l’utérus Les recommandations formulées concernent les femmes éligibles au dépistage du cancer du col de l’utérus, immunocompétentes, n’ayant pas eu d’hystérectomie totale et âgées de 25 à 65 ans.

Maintien des modalités de dépistage du CCU et des stratégies de triage pour les femmes âgées de 25 à 30 ans

Entre 25 et 30 ans, le dépistage du CCU reste fondé sur la réalisation de deux examens cytologiques à un an d’intervalle, puis 3 ans après si le résultat des deux premiers est normal

Evolution des modalités de dépistage du CCU pour les femmes âgées de 30 à 65 ans

A partir de 30 ans, la HAS recommande que le test HPV remplace l’examen cytologique en dépistage primaire du CCU

  • le test HPV chez les femmes à partir de 30 ans sera réalisé 3 ans après le dernier examen cytologique dont le résultat était normal
  • le rythme entre deux dépistage par test HPV est de 5 ans, dès lors que le résultat du test est négatif

 

Stratégie de triage des femmes ayant un test HPV positif

Pour les femmes âgées de 30 à 65 ans, auxquelles un test HPV a été proposé en dépistage primaire du CCU, une stratégie de triage en deux temps est recommandée.

Après un test HPV positif, un examen cytologique doit être réalisé

  • si le résultat de la cytologie est ASC-US ou anomalies plus sévères, réaliser une colposcopie
  • si le résultat de la cytologie est négatif, un test HPV est réalisé un an plus tard (voir algorithme joint)

Pour répondre à la demande des prescripteurs souhaitant suivre ces recommandations, le laboratoire d’analyses médicales Biocéane a mis en place ce test au Havre. Le prix de l’analyse est actuellement de 30 euros et est encore hors nomenclature.

Le kit de prélèvement et les documents d’information sont fournis par le laboratoire au 02 35 42 02 90 ou par mail msm@bioceane.fr et pour de plus amples explications n’hésitez pas à contacter le Dr Didier Thibaud ou le Docteur Fabienne Artur.

Dr Didier Thibaud, Biologiste – Laboratoire Biocéane Le Havre

image_pdfimage_print