CULTURE : 500 ans de médecine au Havre

[et_pb_section bb_built= »1″][et_pb_row][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text _builder_version= »3.21.4″ z_index_tablet= »500″]

A partir de l’ère judéo-chrétienne, résumons, siècle par siècle, l’HISTOIRE de la NORMANDIE de la manière suivante, en soulignant les événements les plus notables, pour notre territoire de l’Estuaire, à partir du 1er siècle après Jésus-Christ

1er SIÈCLE, LA PAX ROMANA S’INSTALLE

Réorganisation de la GAULE, par l’empereur AUGUSTE, constructions de voies terrestres. La Seine est désignée sous le nom de SEQUANA par le géographe grec STRABON. Au nord, la BELGIQUE, à l’ouest, la GAULE CELTIQUE.

Fabrication de toile de lin par les CALÈTES. Nombreuses cités : ROUEN, EVREUX (théâtre antique), JULIOBONA (théâtre), LISIEUX, BRIONNE, VALOGNES, BAYEUX, COUTANCES.

2ème SIÈCLE, DÉVELOPPEMENT DES CITÉS.

1ère cartographie de la NORMANDIE par PTOLÉMÉE (astronome grec), réseau de voies carrossables, activité textile, port fluvial à Lisieux.

3ème SIÈCLE, PREMIÈRES INVASIONS BARBARES ET RAIDS SAXONS

Fin du 3ème siècle : 1èr évêque à Rouen. Fortifications autour des cités pour se protéger des raids avec incendies et ravages des barbares (ALAMANS, FRANCS, SAXONS)

4ème SIÈCLE : ÉVANGÉLISATION DU TERRITOIRE

313 : 1ère carte dite TABLE DE PEUTINGER, indiquant cités et voies.  CHRISTIANISME autorisé par l’empereur CONSTANTIN

355 : Incursion des FRANCS sur la GAULE. ROTOMAGUS (ROUEN) devient métropole de l’unité administrative de la seconde LYONNAISE.

397 : Fondation de deux monastères à ROUEN pour hommes et pour femmes.

MARTYRE à MELAMARE de Ste Honorine. Son corps, jeté dans la Seine, se serait échoué à GRAVILLE pour y devenir objet de vénération.

5ème SIÈCLE : PÉRIODE TROUBLÉE 

La province est divisée en 7 cités, correspondant à des diocèses.

451 : ATTILA et les HUNS déferlent en GAULE

483 : Destruction de JULIOBONA (capitale des CALÈTES) – MARTYRE de plusieurs évangélisateurs.

496 : CLOVIS, ROI DES FRANCS, se convertit au Christianisme

6ème SIÈCLE : PREMIÈRES ABBAYES

ANDELYS, BAYEUX, CERISY, ROUEN (Monastère St Pierre fondé par Clotaire 1er, fils de Clovis).

511 : Mort de CLOVIS. Selon la coutume germanique, le royaume est partagé entre les héritiers, soit quatre royaumes. La NORMANDIE est rattachée à la NEUSTRIE. Multiples intrigues, complots. Assassinats entre les prétendants au pouvoir.

7ème SIÈCLE : ESSOR DU MONACHISME – PAIX ET PROSPÉRITÉ

Multiplication des abbayes et monastères, dont SAINT-WANDRILLE (649), JUMIÈGES (654), FÉCAMP (658), PAVILLY (660), MONTIVILLIERS (682/684) St Philibert (réservé aux femmes). Les rois mérovingiens délaissent l’estuaire de la Seine au profit de QUANTOVIC, près de MONTREUIL SUR MER et l’embouchure de la CANCHE.

8ème SIÈCLE : FIN DE LA DYNASTIE MÉROVINGIENNE

Vers 708 : A la suite d’une « vision », l’évêque d’AVRANCHES fonde le MONT SAINT MICHEL.

732 : CHARLES MARTEL arrête la progression arabe à POITIERS 

751 : PÉPIN LE BREF, élu roi de France.

C’est la fin de la dynastie mérovingienne débutée avec Clovis et comptant 33 rois entre 481 et 751 après JC qui se partagent l’AUSTRASIE / BOURGOGNE et NEUSTRIE.

780/800 : Premiers raids VIKINGS

9ème SIÈCLE : INVASIONS SCANDINAVES

800 : CHARLEMAGNE couronné à ROME. Il réunifie les différents territoires. Il fait renforcer les défenses côtières de la future NORMANDIE.

820 : Tentative de débarquement VIKING dans l’ESTUAIRE.

841 : VIKINGS jusqu’à ROUEN, incendié tout comme JUMIEGES. Abbaye de FÉCAMP saccagée.

845 : Les VIKINGS remontent jusqu’à PARIS. Nombreux raids et saccages successifs de BAYEUX, CHARTRES, SAINT-WANDRILLE.

Destruction des abbayes de FÉCAMP (875), LISIEUX (877). Une centaine de navires VIKINGS sur la SEINE et nombreux massacres au fil de leur navigation

10ème SIÈCLE : NORMANIA – UN TERRITOIRE POUR LES VIKINGS

911 : Traité de SAINT-CLAIR-SUR-EPTE entre CHARLES III Le simple, et ROLLON, qui reçoit un territoire et prend le nom de ROBERT. Instauration d’un système FÉODAL qui créé le cadre et l’environnement du futur territoire du HAVRE. Formation de paroisses.

987 : HUGUES CAPET monte sur le trône. Fin de l’époque CAROLINGIENNE

11ème SIÈCLE : SIÈCLE DES CONQUÉRANTS

Vers 1025 : Premiers pèlerinages au MONT SAINT MICHEL. Exploitation de SALINES autour d’HONFLEUR.

1034 : BEC HELLOUIN.

GUILLAUME LE CONQUÉRANT (1027 – Mort à ROUEN sept 1087), fils naturel de ROBERT LE MAGNIFIQUE ou le DIABLE, duc de Normandie, après avoir échappé à un complot en 1046, à VALOGNES, met à la raison ses barons, puis le Roi de France, HENRI Ier, qui avait envahi la Normandie.

HASTINGS (1066) : Conquête et couronnement en Angleterre.

1054 : Schisme entre chrétiens de Constantinople et chrétiens de Rome

1096 : Premières croisades avec la fine fleur de la chevalerie normande.

12ème SIÈCLE : AVÈNEMENTS DES PLANTAGENETS

(Famille issue du Comte d’ANJOU donnant la lignée royale des souverains anglais)

1118 : ORDRE DES TEMPLIERS (15 000 dans le monde occidental. Une centaine de commanderies en France) – dissolution en 1312.

1144 : 2ème croisade

1165 : PHILIPPE II AUGUSTE (Roi de 1180 à 1223)

1191 : 3ème croisade avec RICHARD CŒUR DE LION et PHILIPPE AUGUSTE.

Début des conflits entre CAPÉTIENS et les ROIS d’ANGLETERRE.

13ème SIÈCLE : LOUIS IX / SAINT LOUIS (1214 naissance – roi de 1226 à 1270)

1204 : PHILIPPE AUGUSTE prend CHÂTEAU-GAILLARD et annexe la NORMANDIE dans le territoire français. PARIS, capitale du royaume de France.

1270 : Mort de SAINT LOUIS à Tunis (victime de la peste) lors de la dernière croisade

1292 : Émeutes contre les « agents du fisc » de l’époque à ROUEN. Répression

 14ème SIÈCLE : LA NORMANDIE au cœur de la GUERRE DE 100 ANS

1310 : Naissance à PONT-AUDEMER, de Guillaume TAILLEVENT, cuisinier du roi

1340 : Bataille navale de l’ECLUSE entre anglais et français qui sont mis en déroute. Notez cet épisode pour la suite de notre rubrique.

1346 : Anglais à SAINT-VAAST-LA-HOUGUE. Nombreuses batailles et invasion progressive des anglais en NORMANDIE.

1348/50 : PESTE

1356 : Pillage de HONFLEUR occupée pendant 3 ans ; raid sur LEURE

1374 – EFFONDREMENT DU CAP DE SAINT ADRESSE qui disparaît dans les flots. Nombreuses victimes.

1378/79 : Révoltes antifiscales dans différentes régions (révoltes de la HERELLE, à ROUEN)

15ème SIÈCLE : RECONQUÊTE DU TERRITOIRE

1405 : Jehan de BETHENCOURT (navigateur du Pays de Caux) devient roi des CANARIES

1415 : Anglais à CHEF DE CAUX. Prise d’HARFLEUR (petit port créé par une colonie saxonne sur la LEZARDE au 5ème siècle et dénommé HAROFLATH)

1417 : Prise de HONFLEUR et ALENCON, BAYEUX, CAEN et LISIEUX.

1419 : Occupation de la NORMANDIE par les Anglais

1422 : Henri V d’Angleterre est proclamé roi de France

1429 : Sous les demandes de JEANNE D’ARC, CHARLES VII se fait sacrer Roi de France (REIMS) et amorce la reconquête de la France.

30 mai 1431 : JEANNE D’ARC capturée 1 an avant, est brûlée à Rouen

1435 : Reconquête de DIEPPE. Soulèvements anti anglais, en Pays de Caux, peu à peu reconquis

1450 : Défaite anglaise à FORMIGNY qui sonne le glas de la guerre de 100 ans

1488 : Jean COUSIN, et en 1503 BINOT PAULMIER de GONNEVILLE, tous deux navigateurs honfleurais abordent les côtes du BRESIL

1506 : Le honfleurais JEAN DENIS découvre le LABRADOR.

Fin 15ème : Industrie de la brique à MIRVILE 

 

Ainsi, nous avons vu quels événements historiques, quels complots, intrigues, renversements d’alliance avait subi la Normandie.

Au niveau de l’Estuaire, où n’existe pas encore le Havre, les cinq siècles précédant sa fondation coïncident avec le retour de la vie religieuse à MONTIVILLIERS ; le relief de la côte est façonné par les galets arrachés aux falaises et entrainés vers l’embouchure de la Seine avec le contre-courant venu de la LEZARDE qui en modifie la direction. Ainsi, se forme une digue parallèle à la côte.

Les hommes s’installent au début du 11ème sur cette zone au niveau de la mer et y exploitent le sel.

Des chartes attestent l’exploitation de ces salines par les abbayes. On y mentionne l’existence d’une église dédiée à St NICOLAS, patron des mariniers de LEURE, zone côtière qui constitue un premier refuge naturel en eau profonde pour les bateaux, protégés par ces bancs de galets. LEURE devient un avant-port d’HARFLEUR. C’est un village de marins qui, au 12ème siècle, commerceront avec l’Angleterre (vin). Cette fosse de LEURE jouera un rôle important dans la fondation des bassins.

 Au 11ème siècle, on avait observé également la prospérité du fief seigneurial de GRAVILLE fondé par Gerard FLEITEL et modifié par Guillaume MALLET (compagnon de Guillaume le Conquérant à Hastings). Il remplace la première église St ETIENNE par un sanctuaire dédié à Ste HONORINE.

Le site fortifié du château de GRAVILLE, établi au pied du prieuré actuel et proche de la crique, s’étendant de la petite LEURE jusqu’à HARFLEUR, assurait ainsi la protection de la côte.

Au 12ème siècle, le clergé normand, las du joug des Ducs de Normandie, se tourne vers Philippe Auguste, tout comme de nombreux seigneurs normands qui se placent sous la protection du Roi de France

La Normandie passe sous la couronne de France en 1204

Jusqu’à la guerre de 100 ans, l’essor démographique et économique entraînera une activité importante dans l’Estuaire.

La paix dans les campagnes et la sécurité sur les routes favorisent le commerce et la croissance des ports de l’estuaire, HARFLEUR, HONFLEUR et aussi CHEF DE CAUX.

Ils fournissent ROUEN et PARIS en amont (Cire ; graisses, alun, poivre, bois, toiles, plomb, fer, fourrure, cuir, drap (Montivilliers))

HARFLEUR et HONFLEUR sont régulièrement reliés grâce à des barques avec péages (2 deniers pour un passager, rien pour le cheval, rien pour les aveugles, 1 denier pour les borgnes)

Le village de LEURE est habité par les paludiers et les marins pêcheurs ; la crique naturelle est protégée par des galets et s’étire sur 1500 m sur une largeur de 120 m, ouverte aux deux extrémités. Ce village était exposé aux flots et inondations. Le déchargement des bateaux se faisait sur des ALLEGES ou FONCETS (barques de déchargement).

Au 12ème siècle, LEURE compte environ 1 200 habitants puis 1 500 au 14ème.

Jusqu’au milieu du 14ème siècle, le CAP DE LA HEVE, qui s’avance loin en mer, offre un abri aux navires face aux vents d’ouest et tempêtes. CHEF DE CAUX (future SAINTE ADRESSE) compte 700 habitants, et MONTIVILLIERS 900.

Les habitants d’INGOUVILLE, GRAVILLE et de LEURE vivent de l’élevage entre l’estuaire et les falaises. La laine est exploitée dans les fabriques de drap de MONTIVILLIERS.

Au 15ème siècle, les villages de SANVIC (qui descendait jusqu’au rivage) et CHEF DE CAUX, exploitaient les terrains pour la fabrication de briques et tuiles.

Malheureusement, la guerre de 100 ans sera une période défavorable pour les 3 ports de l’estuaire.

HONFLEUR, occupée en 1356 par les anglais, de même que LEURE et CHEF DE CAUX en 1359/60, sont dévastés

1374, catastrophe naturelle avec éboulement massif de la falaise entraînant église et habitants dans ce drame.

Les débris obstruent le chenal et l’abri naturel disparaît.

A HARFLEUR, également occupée au cours de la guerre de 100 ans, l’activité est menacée par l’envasement progressif, malgré les corvées ordonnées aux habitants pour enlever la vase. L’effondrement de la falaise a modifié les courants qui charrient des masses de galets, obstruant les accès de LEURE et HARFLEUR.

En 1449, LOUIS XI ordonne de grands travaux pour nettoyer l’accès du port d’HARFLEUR et refaire des quais sur l’embouchure de la LEZARDE. Échec de l’entreprise qui n’apporte qu’un cours répit.

En 1513, dernière tentative, sous LOUIS XII, pour sauver HARFLEUR qui a perdu 2/3 des habitants. Nouvel échec, HARFLEUR n’est pas sauvé.

Ce survol essentiellement historique de l’Estuaire nous éclaire sur les données et repères qui vont expliquer le choix fait par FRANCOIS 1er, pour établir un port qui devait assurer l’essor économique, assurer militairement la protection indispensable de l’estuaire, et en amont, la sécurité de l’axe de communication entre la mer et PARIS.

Sur le plan sanitaire et médical, aucune donnée n’est connue avec suffisamment de précision, mais on peut aisément imaginer les conséquences souvent fatales des maladies provoquées par les conditions de vie précaires de la population. Quant aux blessures et traumatismes secondaires aux nombreuses activités chez les pêcheurs ou les hommes qui assuraient les corvées, les risques étaient omniprésents et les problèmes sans issue favorable.

Dr Michel LEBRETON

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]