1

Création d’une plateforme technologique unique de pathologie en Normandie

Le Groupe Hospitalier du Havre possède, sur le site de l’hôpital Jacques Monod, un laboratoire de biologie disposant de plusieurs pôles d’expertise offrant un potentiel d’analyses très complet.
Dans ce laboratoire, l’activité d’anatomopathologie consiste en l’étude des tissus biologiques dans le cadre de la recherche de différentes pathologies.
Suite à un effectif médical instable, le GHH a dû externaliser en partie certaines de ses analyses, vers des laboratoires privés depuis septembre 2018.

Face à cette situation, en septembre 2020 après le départ en retraite d’un praticien, un rapprochement avec le CHU de Rouen a eu lieu avec la mise en place d’un partenariat entre les 2 services d’anatomopathologie. C’est ainsi que depuis le 1er avril 2021, le Professeur Jean Christophe SABOURIN, chef du service d’anatomopathologie du CHU de Rouen a également pris les fonctions de chef du service d’anatomopathologie du GHH. Cette nomination permet au Groupe Hospitalier du Havre de bénéficier d’un appui universitaire.

Dans ce cadre, afin de bénéficier d’équipements technologiques de pointe permettant la réalisation de l’ensemble de l’activité, le CHU de Rouen et le GHH vont constituer en 2022, une plateforme territoriale de pathologie hébergée à terme sur un site principal, celui du CHU de Rouen qui aura aussi une antenne au GHH.

Un système informatique unique est en cours d’acquisition et devrait être choisi en septembre. Il sera pleinement opérationnel en septembre 2022 pour un coût d’environ 300 000 euros. Parallèlement, le CHU va investir dans des scanners de numérisation à grande capacité. Cet investissement représente environ 1 million d’euros. Ces investissements seront portés financièrement par le CHU.

Sur l’antenne du GHH sera déployé un scanner de numérisation provenant du CHU de Rouen et répondant aux besoins de l’activité qui restera préparée sur place (extemporanés et macroscopie). Une équipe médicale unique sera déployée et permettra la présence sur le site du GHH de praticiens compétents et qualifiés. Ceux-ci participeront à la réalisation de l’activité locale ainsi qu’aux Réunions de Concertation Pluri professionnelle (RCP), ce qui n’est pas le cas actuellement.

Ces réunions regroupent au GHH, l’ensemble des professionnels de santé qui prennent en charge les pathologies cancéreuses (oncologues, spécialistes d’organe compétents en cancérologie, radiologues, radiothérapeutes, etc.).
L’effectif du service d’anatomopathologie du GHH se compose actuellement d’une dizaine de personnes (2 secrétaires, 4 techniciens, 2 agents d’amphithéâtre et 2 médecins). Des techniciens compétents en anatomopathologie seront toujours nécessaires à la réalisation de l’activité sur le GHH.

Les autres techniciens pourront être affectés dans les autres secteurs du laboratoire (120 personnels environ) en fonction de leur souhait.

Il n’y aura pas de perte d’emploi pour quiconque. Les techniciens n’auront aucune obligation de travailler sur le site de Rouen.

Ce projet se déploiera progressivement sur l’année 2022 avec une montée en charge définitive probablement sur le 2nd trimestre 2023. A ce stade, il reste encore des incertitudes sur le calendrier de déploiement du système d’information et sur celui de l’achat des scanners à grande capacité. Les grandes lignes de ce projet ont été présentées aux agents en réunion de service le 2 juin dernier.

Service communication GHH